Comme promis à nombre d’entre vous, mon compte rendu  du jour sur les Entretiens de BICHAT 2016 avec une
grande première, la présence des Masseurs Kinésithérapeutes représentés par le SNMKR via  l’ONREK.
Une grande première car c’est effectivement la première fois que notre profession est conviée à cet événement d’importance sous le Haut Patronage du Président de la République, avec le soutien de l’Assemblée Nationale du Sénat du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et de la ville de PARIS.
Bref, deux jours sous les projecteurs avec cette année, le thème « le carrefour entre la médecine hospitalière et la médecine en ville ».

Je tiens tout particulièrement à saluer la qualité des intervenants associée à la pertinence de leurs propos, qualité
qui a valu les compliments des deux modérateurs de la journée, le Dr TOLEDANO, cancérologue à HARTMANN, Neuilly/Seine et le Pr BIGARD, physiologiste au Val de GRÂCE, PARIS.

Pour la première fois depuis longtemps, j’ai été fier d’être masseur kinésithérapeute aujourd’hui, fier d’entendre des interventions de confrères et consœurs qui n’ont plus peur de revendiquer le rôle essentiel de nos interventions dans des pathologies aussi spécifiques que les troubles de la déglutition dans les cancers des voies aéro-digestives supérieures (VADS), les cancers du sein et « ce corps qui se déconstruit » dont nous avons tant de solutions à apporter afin qu’il se re-construise, idem pour les cancers de la prostate.
Et que dire de l’arthrose du genou chez le coureur qui n’est « que pure invention », du rôle du MK et de l’activité physique qu’il doit proposer au lombalgique chronique ?

Des idées reçues battues en brèche, des médecins surpris par notre savoir, notre organisation, nos réseaux et notre expertise, des confrères et consœurs investis dans la recherche, jeunes pour la plupart, des MK qui revendiquent une place essentielle dans la reprise des activités physiques pour nos patients chroniques dans le « conflit » qui s’est dessiné entre nous et les STAPS ou autres APA, quel bonheur.

Encore une fois, des exposés basés sur des études internationales argumentés et randomisées, avec main dans la main, des experts issus de l’APHP et du secteur libéral, la kinésithérapie de demain est en route grâce à eux,
quelle évolution ! !
Je vous invite tous à venir l’an prochain aux entretiens de Bichat, en nous joignant avec le SNMKR nous ferons encore mieux, notre profession se mobilise, se « scientifise », nous sommes à un tournant.

Bien à tous.

Christian BOSS


NOS PARTENAIRES