CARPIMKO : Récompensons les efforts des adhérents.

Initialement, la Carpimko est la caisse de retraite et de prévoyance des auxiliaires paramédicaux : infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes et orthoptistes. Notre caisse finance également les retraites de professionnels qui ne cotisent pas à la Carpimko : médecins, notaires, autoentrepreneurs, etc.

UNE SOLIDARITÉ À GÉOMÉTRIE VARIABLE
Au nom de la compensation nationale, l’État nous impose de financer les retraites des autres caisses de la CNAVPL, à hauteur de 60% de nos cotisations du régime de base. Une aberration quand on sait que la majorité de ces professionnels a des revenus bien plus importants que les nôtres. Cette compensation nationale est calculée exclusivement sur le rapport démographique : actifs/retraités. Or, contrairement à la Carpimko qui compte environ 3,5 actifs pour 1 retraité, les autres caisses ont pour la plupart autant de retraités que d’actifs.

UN SYSTÈME DE RETRAITE AU BORD DE LA FAILLITE
Nous sommes des professions jeunes, c’est pourquoi nous avons actuellement peu de retraités, mais demain, nous connaîtrons les mêmes problématiques que les autres professionnels qui ont autant de retraités que de cotisants. Dans quelques années, aucune caisse de la CNAVPL n’aura les ressources suffisantes pour financer les retraites des caisses en grande difficulté.

VERS LA MUTUALISATION DES 10 CAISSES DE LA CNAVPL
Pour éviter toutes réformes de fond, les pouvoirs publics se tournent vers la facilité et le court terme : la mutualisation des 10 caisses de la CNAVPL. Le but n’est pas de pérenniser ou de sécuriser le système de financement des retraites, mais de soigner les plaies de certaines caisses en leur permettant de profiter des fonds de notre régime de base, mais aussi de notre régime complémentaire.

UN RÉGIME COMPLÉMENTAIRE QUI ATTISE LES CONVOITISES
Les élus qui siègent à la Carpimko gèrent exclusivement notre régime complémentaire, dont sa masse financière dépassait les 3,5 milliards d’euros à la fin de l’année 2014. Au sein de la CNAVPL, la Carpimko est la caisse la mieux gérée avec un rendement de plus de 11% contre une moyenne de 6% pour les autres caisses. En mutualisant les caisses, les actifs propres à la Carpimko seraient alors transférés dans un pot commun.

RÉCOMPENSONS LES EFFORTS DES ADHÉRENTS DE LA CARPIMKO
Nous refusons d’attendre la mutualisation des caisses de la CNAVPL pour agir. Dès maintenant, la Carpimko doit utiliser sa masse financière pour le bien commun de ses adhérents. Notre caisse peut et doit être un levier d’action pour améliorer les conditions d’exercice des auxiliaires paramédicaux.

UN NOUVEL ÉTAT D’ESPRIT AU SEIN DE LA CARPIMKO
En juin, les 5 professions de la Carpimko éliront 2 représentants pour chaque profession. Tout en garantissant une retraite juste et digne, les prochains représentants devront impulser un nouvel état d’esprit au sein de la Carpimko qui ne doit pas s’enfermer dans un rôle purement comptable.

REDONNONS UNE BOUFFÉE D’OXYGÈNE AUX COTISANTS 
Notre caisse de retraite et de prévoyance doit retrouver son utilité sociale en prenant ses responsabilités. La baisse des cotisations devra être sa première action afin de redonner une bouffé d’oxygène aux adhérents et d’envoyer un message au fort à la CNAVPL et aux pouvoirs publics : « nous ne sommes pas prêts de réduire notre solidarité envers nos adhérents pour renforcer une solidarité nationale qui ne va que dans un seul sans ».

PLUS DE SOLIDARITÉ POUR LES ADHÉRENTS
Cette mesure forte devra s’accompagner par d’autres mesures qui renforceront nos droits, dont la baisse des jours de carences, le renforcement des droits familiaux, la reconnaissance de la pénibilité de nos professions, le développement du fonds d’aide d’action sociale.

L’Union (SNMKR et Objectif Kiné) proposera d’ici quelques jours de nombreuses propositions pour impulser un nouveau souffle à la Carpimko afin qu’elle renforce son esprit de solidarité auprès de ses adhérents. 

 


NOS PARTENAIRES