Les Professions Libérales sont sans doute nées avant l’institutionnalisation du salariat : lorsque Démosthène prêtait sa voix au sein de l’aréopage aux divers corps sociaux « moyennant 40 talents d’or » il était avant la lettre un consultant, un professionnel libéral. Identifiées au Moyen-âge dans les confréries et les corporations, les professions réglementées (notaires, avocats, procureurs-syndics, médecins) diffèrent peu du monde des artisans. Ce modèle d’un corps social unique des professions indépendantes, libérales ou commerciales, s’exportera en Europe et perdurera dans les pays anglo-saxons.

La Loi le Chapelier du 2 juin 1790, abolissant les corporations est venue anéantir l’édifice de cette construction de professions auto-réglementées qui s’était mis en place au fil des siècles.

Les Ordres furent établis sous l’Empire. D’autres furent créés, certains dans les périodes obscures de notre Histoire comme l’Ordre des Médecins ; d’autres plus récemment comme l’Ordre des Kinésithérapeutes.

L’existence d’ordres professionnels aux côtés de syndicats ou de groupements associatifs, enrichit la diversité des modes de représentation des Professionnels Libéraux. C’est un ensemble vaste, diversifié qui répond aux besoins des usagers.

Ainsi les Professions Libérales sont, on le sens bien, en harmonie avec leur temps : elles offrent des services, dispensent leur art avec conscience, compétence et probité. Les besoins des usagers se modifient mais la finalité demeure la même ; pour y répondre, les professionnels libéraux ont ressenti la nécessité de se regrouper.

La Chambre nationale est née de ce besoin spontané de reconnaissance collective…

Pour visiter le site de la CNPL, cliquez ici.


NOS PARTENAIRES